Archive for février, 2017

25 février 2017

Les compétences à acquérir pour réussir dans le digital #BDM2017

par marketingthema

Les métiers du digital sont en perpétuelle mutation. D’année en année, des professionnels du web se spécialisent quand d’autres élargissent leurs compétences pour gérer des équipes de spécialistes. Pour celles et ceux qui travaillent dans le digital, cette tendance est à la fois une chance et un risque important. La monotonie est rare, et notre quotidien n’a souvent rien à voir avec celui que nous connaissions un an plus tôt. Mais d’un autre côté, pour évoluer et entretenir son employabilité, les salariés et les freelances du digital doivent se former en permanence. Pour mieux cerner ces compétences qui permettent aux travailleurs du numérique de faire la différence, nous avons rencontré Thierry-Jehan Bassigny, Directeur du Digital à l’IFOCOP, et Christophe Ollivier, formateur à l’IFOCOP et Dirigeant de Virtuoworks.

Le digital ne connaît pas la crise

Les métiers du numérique sont variés : développeur, chef de projet, community manager, SEO, SEA… Mais ils ont un point commun : les recruteurs sont constamment à la recherche de professionnels du web.

Le digital est un secteur d’activité qui a la chance de ne pas connaître la crise. Les besoins sont en constante progression depuis quelques années.

Cela ne signifie pas qu’il est simple de trouver un emploi dans le digital. Les professionnels doivent faire leur preuve, ils doivent être capables de prouver leurs compétences aux recruteurs. Tout au long de leur carrière, ils doivent se former pour acquérir les compétences essentielles à leur futur poste.

Les métiers du digital se spécialisent, mais conservent souvent entre eux des passerelles permettant de changer de poste. Il est pertinent de se former tout au long de sa vie.

Les développeurs, cible de choix des recruteurs

Article complet ici

Publicités
22 février 2017

Métiers du digital : comment se former ? #BDM2017

par marketingthema

Nous avons interrogé des professionnels du web et des spécialistes de la formation afin d’identifier les spécificités du numérique et les compétences à acquérir pour trouver du travail dans le secteur du digital.

Formation au digital : les conseils des spécialistes

Nous avons réuni 3 grands acteurs de la formation aux métiers du digital. Ils décryptent les spécificités de la formation aux métiers du web.

Merci à nos partenaires pour ces articles de fond :

  • IFOCOP, spécialiste de la formation professionnelle pour adultes (12 centres à Paris, en Bourgogne, dans le Nord et en Île-de-France). L’institut propose des modules de 2 à 25 jours de formation à la carte et des certifications.
  • CESI, spécialiste de l’enseignement supérieur (ei.CESI, école d’ingénieurs,  exia.CESI, spécialité informatique de l’école d’ingénieur, et CESI alternance, école supérieure des métiers) et de la formation professionnelle (école des managers avec CESI entreprises).
  • ESCCOT, école supérieure de commerce à Rennes, spécialisée dans les formations en alternance. Dès la rentrée 2017, vous pourrez suivre un nouveau cursus pour devenir Chef de projet digital.

Article complet ici 

19 février 2017

État des lieux de l’adblocking sur desktop et mobile en 2017 #BDM2017

par marketingthema

L’usage des logiciels pour bloquer les publicités diffère beaucoup d’une région à l’autre. En Europe et aux USA, l’adblocking est démocratisé sur desktop. En Asie, c’est sur mobile que de nombreuses publicités sont bloquées par les utilisateurs. Pour mieux comprendre ces tendances, PageFair publie une étude précise et chiffrée.

Les chiffres clés de l’adblocking

  • 11% des internautes utilisent un logiciel de type Adblock (France : 11% aussi).
  • 615 millions de terminaux (desktop, mobile, tablette…) bloquent des publicités.
  • 62% de ces terminaux sont des mobiles.
  • 30%, c’est la croissance de l’usage des adblockers en 2016.
  • 74% des utilisateurs quittent les sites qui bloquent les adblockers.
  • 77% des utilisateurs accepteraient de visualiser certains types de publicités.

adblock-chiffres-cles-e1486460003857-612x63

Full paper here

 

17 février 2017

Marketing : le retour gagnant des valeurs de proximité

par marketingthema

Big Data, digitalisation, communication de masse… On aurait pu croire que la proximité avec le client était devenue une valeur désuète. Mais au contraire, elle revient au cœur des stratégies de relation client, car elle est plus que jamais une demande des consommateurs, qui y voient un gage de qualité de service et d’authenticité de la relation client…

LA PROXIMITÉ : UNE VALEUR SÛRE

La proximité est sans conteste de retour dans les stratégies marketing. Et pour cause : il s’agit d’une attente forte des clients. Car qui dit proximité, dit qualité et personnalisation de la relation, mais aussi relation de confiance. Autant d’aspects qui permettent de bâtir une relation client durable, pour aller au-delà de l’aspect purement transactionnel de la relation commerciale.

« Nous revenons au marketing du temps de mes grands-parents », résume ainsi Olivier Derrien, de Salesforce, l’un des leaders des solutions de CRM. Un temps, notamment, où les entreprises étaient proches de leurs clients, et pouvaient établir avec eux des relations individualisées. Il s’agit aujourd’hui d’un axe stratégique central pour certains, comme c’est le cas pour le réseau d’officines Pharmactiv. Comme l’explique Diane Cantan, responsable marketing services point de vente de l’enseigne : « Face à la concurrence du web et des grandes surfaces, notre stratégie passe par une différenciation de l’officine et une plus grande proximité entre le patient et son pharmacien ». Une étude de l’IFOP publiée en novembre 2016 confirme le bien-fondé de cette démarche : les clients des officines sont d’abord en attente d’échanges et de proximité – les considérations sur les promotions ou même la mise à disposition d’outils interactifs venant loin derrière.

Article complet sur Webmarketing

16 février 2017

La matrice des start-up : 30 idées, 40 secteurs d’activité #BDM2017

par marketingthema

matrice-start-up

Ce matin, vous en avez marre de la routine. Vous voulez changer de vie, quitter ce poste qui ne vous stimule plus assez et vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Vous remarquerez très vite que « c’est plus facile à dire qu’à faire ». Trouver l’idée du siècle n’est pas chose aisée, et aussi bonne soit elle, certains l’ont sans doute déjà eu avant vous. Pour vous aider à mieux cerner les réponses apportées par les start-up populaires, Eric Stromberg (co-fondateur de Oyster) a réalisé cette cartographie.

Full paper on : Blog du moédrateur

14 février 2017

Marketing Automation : les outils les plus indispensables #JDN

par marketingthema

10446683

Gain de temps, rationalisation des processus métiers et optimisation des campagnes… Des dispositifs techniques permettent l’automatisation d’une suite d’actions marketing.

Si le concept de marketing automation n’est pas nouveau, il n’a sans doute jamais été aussi populaire. Ces dispositifs, logiciels ou techniques permettant l’automatisation d’une suite d’actions dédiées à l’optimisation de son marketing, est devenu crucial dans un univers où le parcours du consommateur est ultra-fragmenté, entre le Web fixe et le mobile, le online et le offline.

Au-delà du gain de temps et d’efficacité qu’elle occasionne, l’automatisation du marketing permet aux sociétés de gérer l’acquisition, la fidélisation et l’évaluation de leurs nouveaux consommateurs. Elles peuvent également optimiser leurs ventes, en faisant du cross-sell voire de l’upsell, et, bien sûr, avoir une vue très claire du retour sur investissement de leurs campagnes.

Qui les utilisent ?

Les entreprises du CAC 40 et les grands groupes technologiques ont depuis longtemps adopté la tendance. Les petites et moyennes entreprises (PME) constituent, elles, le segment affichant la plus forte croissance, selon Marketo, solution d’automation marketing. Alors que les entreprises B2B, notamment celles issues du monde high-tech et des services, ont été les premières à s’engouffrer dans la brèche, on y retrouve aujourd’hui tous types d’acteurs, dans la finance et l’assurance, dans les médias, le retail ou encore la santé.

Pour faire quoi ?

Full paper on JDN

11 février 2017

Les 4 mots-clés de l’emailing en 2017 selon Return Path #JDN

par marketingthema

10458598

Recours à l’intelligence artificielle, explosion de l’internet des objets… Le directeur Europe du Sud du spécialiste de l’email marketing présente sa vision du secteur.

En tant que Directeur Europe au sein de Return Path, Didier Colombani s’attache aujourd’hui à aider les responsables marketing, éditeurs et autres expéditeurs de courriers électronique,s à répondre aux nombreux challenges auxquels ils font face en matière de délivrabilité. Il nous livre ici les mots-clés que les experts du secteur vont devoir appréhender avec attention.

#donneespersos

Avec l’entrée en vigueur en mai 2018 du projet de règlement européen sur la protection des données (le GDPR), les entreprise vont devoir repenser la manière dont elles collectent, traitent et stockent les données. Ce règlement, qui a pour but de simplifier et harmoniser la protection des données dans les 28 pays de l’Union européenne, laisse augurer un gros travail de refonte dans les bases CRM des annonceurs et marketeurs.

Ces derniers devront notamment tenir à disposition des internautes dont les données sont stockées un texte clair expliquant la politique de sécurisation des données. « Le droit des usagers sur leurs données personnelle est renforcé. Les entreprises devront pouvoir leur fournir toutes leurs données personnelles dans un format simple et transférable via internet », note Didier Colombani. Bien sûr, le droit à l’oubli devra également rendre possible la suppression rapide de toutes les données. Les entreprises vont devoir se mettre dans les clous d’un tel règlement sous peine de recevoir des amendes allant jusqu’à 5% du chiffre d’affaires mondial (plafonné à 100 millions d’euros).

Source complète sur JDN

9 février 2017

Measured topics in academic marketing research based on #marketingscales_data

par marketingthema

capture

This is an analysis based on the scales available on marketingscales.com by Brunner Handbook (April 2016). It’s a kind of broad view on the most measured topics. The data is based on more than 2669 marketing scales. This graphic do not pretend to be an exhasutive view of the state of the art, it’s a kind of proxy or trend to help people undestand what are the main topics of interest in marketing according to the the scales and concepts suggested.

capture

In this co-occurence Map, we can see the ATTITUDE as the most central keyword and topic measured and it »s relationship to other central topics. For the advertising, we have 2 sub-networks: one related to classical advertising including TV and purchase, and a second network related to online advertising scales related to +/- word of mouth and likelihood to recommend. The brand measure is essentially related to loyality. And we have also a subnetwork of shopping motivations, values and orientations.

YB

8 février 2017

The Data Economy Is Going To Be Huge. Believe Me. #Forrester

par marketingthema

by Jennifer Belissent, Ph.D.

Are they serious? I’ve just finished reading the recent Communication on Building a European Data Economy  published by the European Commission. And, it’s a good thing they’re seeking advice. The timing is perfect. I’m in the thick of my research for a new report on data commercialization. When I first published It’s Time To Take Your Data To Market the idea was merely a twinkle in people’s eye. Today that twinkle is much brighter than it has been, and it’s growing fast…really, really fast. Believe me. It’s going to be huge.

From what we see and hear, companies know they are sitting on a wealth of valuable data. And they know they aren’t the only ones who can benefit from it. According to Forrester’s Business Technographics, one-third of firms reported selling their data in 2016, up from only 10% in 2014. And, that trend extends across industries, and companies of all sizes.

The Full paper here

7 février 2017

#BCG Making Sense of the Marketing Measurement Mess

par marketingthema

by Nicolas De Bellefonds, Dominic Field, David Ratajczak, Neal Rich, and Jody Visser

Winning means keeping score, and keeping score requires a scorecard. Yet in our experience, few marketing organizations are able to quantify and communicate their contributions to such critical corporate goals as raising revenue and increasing brand recognition and advocacy. It’s not for lack of actual success. Today’s paradox is that with an unprecedented amount of data, tools, and analytics at their disposal, marketers are finding it more and more difficult to demonstrate the value that they create.

Measuring the value of marketing has never been easy. And the digital revolution has compounded the complexity, drastically increasing the number of touch points between companies and consumers while raising the expectations of senior management, among others, that everything is measurable. New tools and techniques are invented daily—the number of marketing technology vendors, each with its own way of improving reach, engaging consumers, and measuring effectiveness, has exploded from 150 in 2011 to almost 4,000 today. With marketing budgets running into the billions, it is more important than ever to know—and be able to show—what’s working.

Marketing leaders who want to demonstrate marketing’s value should take a step back, look objectively at the tools and metrics in place, and ask a few simple questions:

  • Do the metrics and tools capture the short- and longer-term value of marketing?
  • Do they produce answers and insights that can be acted on?
  • Are they readily understood by and credible to the CEO, the CFO, and the broader organization?

If the answer to any of these questions is no, a reassessment is in order, but as they proceed, marketing leadership should avoid the temptation to aim for perfection rather than confidence. That is, instead of striving for the ideal, it is far more effective and practical to apply the necessary ­resources to develop and build consensus around a simple set of metrics and tools that do the job well and that will consistently demonstrate value and improvement. Here are five rules, based on our experience with hundreds of marketing organizations in many different industries worldwide, that help link measurement to real business outcomes.

The full paper can be found here

1 février 2017

#привет_москва ! God Bless Orthodox Russia #Stand_against_Imperialism

par marketingthema