L’école classique des organisations #FR #Thema2 Part-1

par marketingthema

Question mark : Commençons par l’école classique, est ce qu’on peut parler d’un age d’or de science et de méthode ?

ZeGeek: Sans aucune hésitation🙂 la méthode l’emporte sur tout dans cette époque, l’intelligence est dans le savoir organiser, normer à l’extrême …. allons voir de plus près ce que ces esprits pensaient

Adam Smith

 La division du travail et la main invisible (Laisser-faire libéral)

Pour Smith il existe essentiellement 2 causes majeures qui expliquent la richesse des nations :

  1. La division du travail qui permet de grand gains de productivité : Adam smith cite l’exemple d’une manufacture d’épingle et des gains spectaculaires de productivité réalisés grâce au découpage des tâches et leur séquencement.
  2. Le capital et son accumulation grâce à la main invisible : la société est capable de se piloter elle même et le marché se régule de par lui même.

Frederick Winslow Taylor (Technique)

 L’organisation scientifique du travail (OST – Scientific Management), « Bring science to the industry »

4 Principes régissent la pensée de Taylor axés autour d’une gestion rationnelle de la production :

  1. « The right man in the right place » (Division verticale du travail) : Séparer le travail intellectuel de conception ingénieurs, cadres (cols blancs) du travail d’exécution des ouvriers (cols Bleus).
  2. « The one best way » (Division horizontale du travail) : Parcellisation des tâches en gestes élémentaires en supprimant les gestes inutiles, et introduction du chronométrage pour le timing optimum.
  3. « Piece rate pay system » (Salaire au rendement)
  4. « Staff and line » (Contrôle du travail et hiérarchie fonctionnelle) : Line c’est la hiérarchie directe, mais il y’a aussi un corps d’experts ou hiérarchie fonctionnelle appelée (Staff)

Relation homme-machine en 3 phases :

  1. Machine universelle (19 ème siècle) : ouvrier a un métier et agit sur le machine comme outil pour développer son art et savoir faire
  2. Machine Spécialisée (Début 20 ème siècle : TAYLORISME) : Faible relation ouvrier machine, la machine devient spécialisée pour une opération spécifique et l’ouvrier aussi, il ne possède plus de métier
  3. La machine autonome : L’ouvrier n’intervient plus sur la matière il a un rôle de contrôle et d’entretien

Pas de prise en compte des besoins psychologiques et sociaux du travail, des conséquences sociales et morales lourdes conduisent à un rejet de ces méthodes à la fin des années 1960 après une période en or. Aujourd’hui, avec l’informatique partout, les workflows, les BDD etc, certains n’hésitent pas à reparler d’une « re-taylorisation » ou « Néo-taylorisme »

Henri Ford

La production à grande échelle à la chaîne permet des économies d’échelle et mène à une  hausse de la demande

Principes fondateurs de base :

  1. Le travail à la chaîne continue : (Division horizontale de taylor), le travail est dit posté car l’ouvrier est « statique » avec une mécanisation de toute l’usine, ainsi le rythme est dicté par la cadence de la machine et non l’ouvrier.
  2. La standardisation : Tous mes clients peuvent choisir la couleur de leur voiture Ford T pourvu qu’elle soit noire (H. Ford)
  3. Five dollars a day : redistribuer les gains de productivité sous forme de pouvoir d’achat en assurant une fidélité et paix sociale

Henri Fayol (Le Taylor de l’administratif)

Père du management moderne (OAT organisation administrative du travail)

Il constata que les dirigeants manquaient de formation en gestion d’entreprise et étaient trop techniques. Le Fayolisme est une classification des fonctions essentielles d’une entreprise qu’il classifie en 6 fonctions clés :

  1. Opérations techniques (fabrication, ….)
  2. Opérations commerciales (achats et ventes)
  3. Opérations financières
  4. Opérations de sécurité (protection des biens et personnes
  5. Opérations de comptabilité (bilan et inventaires)
  6. Opérations administratives qui doivent rester entre les mains du dirigeant (Prévoir – Organiser – Commander – Coordonner – Contrôler) POCCC

Il énonce 14 principes simples de management qui prône de centraliser l’autorité et l’unicité de commandement contrairement à Taylor.

Max Weber

La bureaucratie (gouvernement par les bureaux et les règles)

Weber distingue 3 types d’autorité :

  1. La Légitimité traditionnelle : c’est l’héritage du passé qu’on reconduit (usages et habitudes)
  2. La légitimité charismatique : L’autorité d’un leader de par ses qualités personnelles.
  3. La légitimité rationnelle ou légale : L’autorité repose sur des règles formalisées par écrit (statuts, règlements, etc…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :